Skip to main content

NCE terminal T2

L’avenir du secteur ne passera pas seulement par une diminution de ses effets sur l’environnement. Il passera aussi, désormais, par la sécurité sanitaire, clef de la reprise du transport aérien. C’est ce qu’explique Franck Goldnadel, le nouveau président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur (il a pris ses fonctions le 21 septembre dernier).

Deuxième plateforme aéroportuaire de France, l’aéroport de Nice s’est engagé très tôt, dès mars 2020, dans la lutte contre la propagation de la Covid-19. Il a même été pionnier dans la mise en œuvre de diverses pratiques reconnues par les autorités de santé et il a inscrit son action dans le cadre de la charte de l’European Union Aviation Safety Agency (EASA). Enfin, au début de cette semaine, l’aéroport de Nice a reçu son certificat « Health Accreditation » de l’Airports Council International (ACI Europe), qui constitue actuellement la certification internationale la plus exigeante pour les aéroports. En France, seul Paris Aéroport pouvait déjà afficher cette certification qui valide les mesures sanitaires mises en œuvre dans toutes les zones fréquentées aussi bien par les passagers que par les employés : accès aux terminaux, enregistrement, postes d’inspection-filtrage, salons, commerces, restauration, contrôle aux frontières, équipements aux portes, passerelles, escaliers et escalators, embarquement, traitement des bagages… Pour l’aéroport de Nice, les mesures de désinfection, de distanciation physique et de protection des personnels ont été particulièrement étudiées et approuvées, ainsi que le centre de dépistage créé au cœur de la plateforme.

Pour Franck Goldnadel, « l’obtention de cette certification, à l’issue d’un processus d’audit documentaire strict, est une récompense méritée pour l’ensemble des collaborateurs de l’aéroport. Depuis le début de la pandémie, ils ont cherché et mis en œuvre les meilleures mesures sanitaires pour faire face à une situation inédite. »

Pas de reprise de l’aérien sans le retour de la confiance

« Cette certification », ajoute le président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur, « illustre notre sens des responsabilités et notre engagement pour l’avenir du transport aérien qui devra être non seulement faiblement émissif mais encore totalement sûr d’un point de vue sanitaire. La reprise de nos activités ne pourra se faire sans le retour de la confiance. »

L’an dernier, l’aéroport de Nice a enregistré une baisse légèrement moins marquée que dans la plupart des autres grands aéroports français et européens : un recul de 68,4 % pour l’aviation commerciale (avec 4,58 millions de passagers) et de seulement 31,7 % pour l’aviation générale (23 650 mouvements d’avions : ). Aujourd’hui, Franck Goldnadel déclare « rester confiant pour la reprise, tant les sous-jacents de notre territoire, qui demeure particulièrement attractif, sont puissants ». L’année commence d’ailleurs par un nouvel investissement : la rénovation de la piste Nord, habituellement dédiée aux atterrissages. Le chantier mobilise jusqu’à 200 personnes et se terminera début février.

Enfin, Nice Côte d’Azur propose actuellement 33 destinations :

  • 13 destinations en France : Ajaccio, Bastia, Bordeaux, Calvi, Figari, Lille, Lyon, Nantes, Paris-CDG, Paris-Orly, Rennes, Strasbourg et Toulouse ;
  • 14 destinations en Europe : Amsterdam, Bâle, Bucarest, Francfort, Genève, Lisbonne, Londres-Heathrow, Luxembourg, Madrid, Moscou-Cheremetievo, Moscou-Domodedovo, Rome, Sofia et Zurich ;
  • 5 destinations à l’international : Casablanca, Djerba, Istanbul, Monastir et Tunis ;
  • 1 destination par hélicoptère : Monaco.

www.nice.aeroport.fr

Photo © Christian Guillard / FlyAndGo

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

9 Partages
Tweetez
Partagez9
Partagez
Buffer
Print