Skip to main content

En s’affichant comme spécialiste de cette destination, le tour opérateur Héliades a été bien inspiré de faire de la Grèce son terrain de jeu. Le nombre de voyageurs ne cesse de progresser vers la Grèce et les îles. D’avril à octobre, le TO propose un vol hebdomadaire vers Santorin depuis Toulouse. Rencontre avec Vincent Vergnes, responsable Héliades pour le Grand Sud.

Heliades Vincent Vergnes

Vous vous présentez comme le spécialiste des Cyclades, pourquoi ?

Rappelons que Héliades est né en 1975, sous l’impulsion d’un amoureux de la Grèce, Xavier De Neuville. Nous nous sommes d’abord développés sur cette destination. La Grèce continentale et les îles sont adaptées au tourisme, à la découverte. Les opportunités de développement étaient intéressantes en Grèce. Le pays voulait s’ouvrir au tourisme.
Les vacanciers savent qu’ils ne se trompent pas lorsqu’ils vont en Grèce : soleil, paysages de rêve, accueil formidable…

Qu’est ce qui fait votre force en Grèce ?

Nous sommes présents et c’est déjà beaucoup. C’est à dire que nous avons des bureaux et des équipes sur place. Ca fait toute la différence. Les clients francophones savent qu’ils auront toujours un collaborateur d’Héliades pour les aider. Notre personnel connaît aussi très bien les établissements, les séjours, les lieux à visiter …

Santorin Fira old port

Vous êtes le spécialiste des voyages packagés, la demande est-elle forte pour ce type de voyages ?

On peut proposer des séjours en hôtel-clubs mais aussi des circuits à la carte. Sur Santorin, par exemple, qui est notre nouvelle destination cet été au départ de Toulouse, nous avons deux hôtels-club 3 et 4 étoiles. Nous ouvrons aussi un circuit depuis Santorin vers Paros et une croisière en caïque pour découvrir les petites iles autour de Santorin. Même si 80 % de notre chiffre d’affaires est du voyage packagé, la tendance au voyage à la carte se confirme, on nous demande de plus en plus de voyages sur-mesure. Je pense qu’il y a une nouvelle clientèle pour ce type de produit.

La disparition d’Air Méditerranée a changé la donne pour Héliades ?

Oui, tout à fait,  à Toulouse, nous étions affréteur ou co-affréteur sur Paphos à Chypre. Il a fallu se replier vers d’autres destinations. La disparation d’une compagnie est toujours dommageable, cela a eu des incidences également sur Lyon et Marseille.

Quelles sont les destinations qui fonctionnent bien chez vous ? Peut-on faire une projection dans un contexte géopolitique international instable ?

Il  n’est pas  facile de faire des projections ! Nous réservons les vols un an à l ‘avance, tout peut changer très vite. Nous avons beaucoup de chance, on surfe sur des destinations où le climat politique est serein. On a aussi bénéficié du coup d‘arrêt porté aux pays du Maghreb. De nombreux voyageurs se sont reportés vers la Grèce ou le Portugal.
Cette année, nous avons élargi notre offre vers le Portugal, mais aussi vers la région des Pouilles en Italie. Des destinations comme le Cap Vert et la République Dominicaine se portent aussi très bien.

Santorin Oia

Héliades a fait voyager 121 850 passagers en 2014. Le tour-opérateur propose au total 33 clubs : 24 répartis sur la Grèce continentale, Rhodes, Kos, les Cyclades, Corfou, la Crète et Chypre, 3 en Sicile, 1 dans les Pouilles, 1 en République Dominicaine et 4 au Cap Vert. Des départs sont assurés depuis 11 aéroports français.

www.heliades.fr

Photos © FlyAndGo

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Buffer
Print