Skip to main content

TLS facade Baudis

A l’aéroport de Toulouse, pas de retour à la normale avant 2025. Malgré un premier trimestre dynamique, l’aéroport de Toulouse-Blagnac a perdu de l’ordre de 70% de son activité l’an dernier avec la crise de la Covid-19. Et il faudra sans doute attendre 2025 pour retrouver le niveau de trafic enregistré en 2019, soit 9,6 millions de passagers. C’est en tout cas l’estimation de Philippe Robardey, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse qui détient 25 % du capital de l’aéroport. La reprise sera d’autant plus lente que le trafic Business restera durablement affecté par la pandémie : « l’aviation d’affaires a moins subi la crise que l’aviation commerciale, avec une baisse limitée à 15 % aux Etats-Unis et à 25 % en Europe » précise Philippe Robardey (portrait ci-dessous), « mais sur les vols commerciaux, la clientèle Business reviendra moins vite que les passagers Loisirs, et cela ne sera pas sans poser des problèmes de rentabilité aux compagnies aériennes traditionnelles ».

Toulouse CCI Philippe Robardey

Pour l’immédiat, l’aéroport de Toulouse-Blagnac a signé avec les syndicats de salariés un accord d’activité partielle de longue durée portant sur 24 mois (et pouvant être étendu à 36 mois). Cet accord garantit un niveau d’activité moyen d’au-moins 60 % pour chacun des collaborateurs – ils sont un peu plus de 300. Côté investissements, ils ont été revus à la baisse : seulement 135 millions d’euros sur toute la période 2022-2027, avec notamment le report de tous les projets d’extension.

À noter par ailleurs le décès de Marc Legrand qui était le président du conseil de surveillance de la société Aéroport Toulouse-Blagnac, au titre du groupe Eiffage, actionnaire à 49,99 % de l’aéroport. Né en 1955, polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, Marc Legrand (portrait ci-dessous) était le président de Eiffage Concessions. En Occitanie, il était aussi connu (et très apprécié) en tant que « père » du célèbre viaduc de Millau.

TLS Marc Legrand Eiffage

Rappelons que c’est aux actionnaires chinois de la société Casil Europe que le groupe Eiffage avait racheté les 49,99 % du capital de Toulouse-Blagnac. L’accord avait été finalisé en décembre 2019. Les premiers cas de Covid-19 venaient tout juste d’être découverts dans la ville de Wuhan…

Photos © Christian Guillard, David Bécus et DR.

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

9 Partages
Tweetez
Partagez9
Partagez
Buffer
Print