Skip to main content

pxcom-cyril-jean

En tout juste trois ans, la start-up bordelaise PXCom a déjà séduit une vingtaine de compagnies aériennes du monde entier avec ses solutions de divertissement à bord des avions. Conjuguant ingénierie et marketing, PXCom se développe aussi auprès d’autres types de transporteurs : compagnies ferroviaires, autocaristes, croisiéristes et autres professionnels du tourisme. Quelles sont les clefs du succès de PXCom et ses perspectives à moyen terme ? Entretien avec son PDG, Cyril Jean.

Les solutions digitales de PXCom entendent apporter à la fois du divertissement aux passagers et un revenu supplémentaire aux compagnies aériennes. En deux mots, comment ça marche ?

Notre concept, c’est de créer un nouveau média et de le monétiser. Sur l’offre de divertissement à bord des avions (films, musique, jeux), nous venons ajouter un service de guides touristiques interactifs. Par exemple, sur un vol Paris – Berlin, le passager va pouvoir trouver les lieux incontournables à visiter, les événements à ne pas manquer, les bonnes adresses pour le shopping, les cafés, les restaurants… Avec en prime la possibilité de télécharger gratuitement le guide en version PDF sur sa tablette ou son smartphone.

Et donc, pour les compagnies aériennes, c’est une nouvelle source de revenus ?

Certaines compagnies souhaitent des guides spécifiques et alors, nous les leur facturons. Mais dans 80 % des cas, nous livrons un produit clé en mains qui ne leur coûte rien et qui peut effectivement leur apporter un revenu supplémentaire. Les partenaires que nous intégrons dans nos guides touristiques sont sûrs de toucher des passagers qui ont du temps, qui sont désireux de trouver de l’information et qui sont prêts à dépenser pour agrémenter leur séjour. Cela se monétise…

pxcom-a-bord

Quelque 41 millions de passagers ont utilisé l’an dernier vos solutions digitales sur les vols d’une vingtaine de compagnies, d’Iberia Express à Singapore Airlines en passant par Aeroflot, Air Canada, Ana, China Airlines, Condor, Delta, Etihad, Eurowings, Norwegian, Oman Air, ThomasCook, XL Airways… Nul n’étant prophète en son pays, vous n’êtes pas déçu de ne pas avoir Air France à votre palmarès ?

Nous sommes évidemment en discussion avec le groupe Air France-KLM. La situation pourrait évoluer dans les mois à venir…

Le développement du WiFi à bord des avions ne va-t-il pas menacer votre activité?

C’est une évolution que nous avions intégrée dès la conception de notre business plan. Internet ne sera pas une menace pour nous mais une nouvelle opportunité. D’une part, nous allons pouvoir prendre place sur les vols court et moyen-courrier des compagnies low cost avec une offre adaptée pour mobiles. Et sur les vols long-courrier, il sera toujours plus confortable de surfer via le système de divertissement embarqué que par une connexion internet dont le débit ne sera pas des plus rapides. D’autre part, nous pourrons développer de nouveaux services interactifs en temps réel comme la réservation de taxi ou de restaurant, l’achat d’une place de concert ou d’une entrée dans un musée. Bien sûr, les passagers ne vont pas sortir leur carte de crédit et taper leur code confidentiel au milieu de leur rangée mais ils pourront utiliser les nouveaux modes de paiement de type PayPal. Cela va accroître significativement les possibilités de vente à bord.

Quelles sont les principales attentes des passagers en matière de divertissement à bord?

Pour caricaturer un peu les choses, disons que les Américains souhaitent des retransmissions sportives en direct, que les Asiatiques apprécient les publicités digitales pour les grandes marques et que les Européens aiment commencer à découvrir durant le vol leur destination finale.

Vous êtes implanté au sein de la technopole Montesquieu à Martillac, entre le vignoble bordelais et la forêt des Landes. C’est un bon environnement pour innover et aussi pour expérimenter vos technologies ?

Quand nous avons lancé PXCom avec mon associé Olivier Héliot, l’équipe de la technopole Bordeaux Unitec nous a apporté un accompagnement formidable. Et nous avons aussi trouvé localement quelques clients pour nos applications. Par exemple, la société Mémosine qui propose des découvertes de la région bordelaise et de ses vignobles à bord de voitures média-guidées. Mémosine a choisi notre solution PXPlorer pour permettre à ses clients excursionnistes de construire et gérer leurs circuits touristiques.

pxcom-memosine

Mais l’avion reste et restera votre cœur de métier ?

Oui car c’est le secteur le plus exigeant et c’est par lui que nous serons toujours à la pointe de l’innovation. PXCom est d’ailleurs considéré désormais comme un acteur majeur du digital « inflight ». Cela s’est confirmé à l’Apex Expo qui vient de se tenir à Singapour et où nous avons présenté nos dernières innovations et contenus. Cet événement annuel fédère les compagnies aériennes et l’industrie du divertissement à bord et nous y avons reçu le « Cool Awards 2016 ». Ce prix décerné par nos pairs est une belle reconnaissance !

Vos perspectives à moyen terme ?

PXCom est encore en mode start-up, avec davantage de dépôts de brevets que de rentabilité ! Mais à l’horizon 2020, je pense que nous serons une trentaine de personnes avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 10 millions d’euros dont 90 % à l’international.

pxcom.aero

Portrait Cyril Jean © PXCom

Photo à bord © Thinkstock

Photo Memosine © DR

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

11 Partages
Tweetez
Partagez9
Partagez2
Buffer
Print