Contact

FlyAndGo

Vos envies de voyage au départ des aéroports du Grand Sud

Philippe Dandrieux, la réussite et les ambitions d’Air Corsica

coraja30q408_paf_dandrieux

Pour la seconde année consécutive, malgré la concurrence croissante des low-cost, Air Corsica a dégagé un résultat net positif de 1,9 millions d’euros en transportant 1,7 million de passagers durant son exercice 2016-2017. La compagnie corse a également présenté cet été deux projets ambitieux de dessertes aériennes à l’intérieur de l’île et avec d’autres régions méditerranéennes. Le point avec Philippe Dandrieux, le président du directoire d’Air Corsica.

Dans un secteur aérien où les compagnies traditionnelles sont plutôt à la peine, comment expliquez-vous le succès d’Air Corsica ?

Par un effort constant d’optimisation, à tous les niveaux. D’abord l’optimisation de nos tarifs et de l’utilisation de nos appareils, pour éviter d’avoir à affréter d’autres avions, ensuite sur tous nos postes de dépense. Le niveau relativement bas du prix du carburant nous a également bien aidé.

Quel premier bilan dressez-vous de la saison estivale ?

C’est encore un peu tôt pour le dire mais le niveau de trafic a été plutôt bon. Nous sommes en particulier très satisfaits de l’ouverture de notre ligne au départ de Bruxelles Sud-Charleroi : le taux de remplissage va atteindre voire dépasser les 85 %, ce qui est bien supérieur à nos prévisions.

Une petite ombre au tableau de cet été : votre programme de vols a été perturbé plusieurs jours à cause d’une panne sur un Airbus. Quel impact sur votre image de marque ?

Les pannes, cela arrive à toutes les compagnies, même les plus grandes. Chez nous, quand cela se produit en plein été, alors que toute notre flotte est mobilisée de 6h du matin à 23h30 le soir, l’impact est évidemment très sensible, malgré nos trente ans et plus de savoir-faire. On ne peut pas avoir en stock toutes les pièces détachées d’un Airbus et toutes les pièces détachées d’un ATR – qui sont, soulignons-le au passage des avions très performants. Alors bien sûr, ce n’est pas une excuse, et nous avons d’ailleurs décidé de renforcer encore notre stock de pièces de rechange. Mais nos équipes savent s’occuper de nos passagers, communiquer avec eux, les informer en temps réel, trouver les solutions les plus satisfaisantes. Aucun passager n’est resté bloqué plus de 24 heures. Et à propos de nos collaborateurs, j’ajoute qu’ils seront désormais impliqués jusque dans la gouvernance de l’entreprise : le conseil de surveillance a décidé cet été de leur attribuer 1,15 % du capital. C’est aussi une façon de les remercier pour tous les efforts fournis tout au long de ces derniers mois.

Air Corsica A320 et ATR72

Air Corsica détient près de la moitié du marché aérien entre l’île et le continent, 48 % très exactement, contre 16 % pour le groupe Air France et 36 % pour les autres compagnies. La concurrence devient-elle très rude avec les low-cost comme easyJet et Volotea ?

Vous savez, Air Corsica est en situation de concurrence depuis très longtemps ! Un ferry, c’est l’équivalent de plusieurs Boeng-747. Et au fil des ans, la durée de la traversée est passée de 10 heures à 4 ou 5 heures. C’est un impact comparable à l’arrivée d’une liaison TGV sur une ligne aérienne domestique. S’agissant des low-cost, oui, la concurrence est devenue très rude, et elle est aiguisée par la concurrence que ces low-cost se livrent entre elles pour exploiter des avions de plus grande capacité et tenter de dominer le marché. Mais nous nous adaptons, nous nous battons avec constance, avec confiance – et avec succès ! Y compris avec des innovations commerciales comme nos ventes aux enchères de billets d’avion, notre nouvelle carte d’abonnement Air Corsica + et, en ce moment, notre grand jeu Air Corsica Go. Et puis quand l’hiver arrive, nous, on tient la maison, on est toujours là pour répondre à notre mission d’aménagement du territoire et à la demande du marché.

Air Corsica parts de marche

Pour l’avenir à moyen terme, vous comptez élargir l’internationalisation de la présence d’Air Corsica en Europe, à l’image de vos vols au départ de Charleroi. Vous planchez également sur un projet de « métro aérien méditerranéen ». De quoi s’agit-il ?

C’est un dossier européen qui s’inscrit dans le programme Insularia. Il est conduit par l’exécutif de la Corse et de ses homologues de 6 régions de l’arc méditerranéen : Toscane, Ligurie, Latium, Sardaigne, Catalogne et Baléares. Il s’agira de relier la Corse à 9 villes de cet arc méditerranéen, avec des vols peut-être quotidiens et en tout cas programmés toutes l’année. Des expériences ont été menées dans le passé, en particulier avec l’Italie ; elles n’ont pas été très concluantes. La Corse est naturellement tournée vers la France même si elle est géographiquement plus proche de Gênes que de Marseille. Mais nous pensons qu’il y a aujourd’hui un réel besoin, qu’il y a un trafic aérien à développer pour tisser des liens économiques et culturels, pas seulement touristiques. Les études que nous menons vont permettre d’affiner le potentiel et le type d’avion à mettre en œuvre, des ATR ou des modules plus petits. Je crois vraiment à ce projet : il n’y a pas de raison pour que ça ne marche pas.

Autre projet, autre « métro aérien », cette fois à l’intérieur de la Corse…

La Corse est une île mais aussi une montagne. Ici, quand il s’agit de se déplacer, on ne parle pas en kilomètres mais en temps de parcours. Et l’été, au plus fort de la saison estivale, se déplacer en voiture, de Bastia à Ajaccio par exemple,devient très long et très fatigant. Donc, là aussi, il y a un véritable besoin. Nos études financières et techniques permettront au début de l’an prochain de bien cerner le potentiel et ses conditions d’exploitation, peut-être en combinant des petits avions et surtout des hélicoptères qui auront l’avantage de se poser au plus près des centres-villes.

Air Corsica visuel

Dernière question, Philippe Dandrieux : est-ce que la fréquentation touristique toujours croissante finit par exaspérer les Corses à l’image de ce qui se passe à Venise ou Barcelone ?

Non, pas du tout. Les infrastructures publiques, l’hébergement marchand arrivent à saturation au plus fort de l’été mais il y a tout l’hébergement non-marchand qui se développe (c’est aujourd’hui 80 % de l’offre), et la mentalité n’est plus de considérer le tourisme comme un « mal nécessaire ».

Et puis il y a toute l’avant et toute l’après-saison qui restent à développer. C’est l’un de nos grands challenges et tout le monde a à y gagner, à commencer par les touristes eux-mêmes pour profiter de tarifs attractifs, de températures clémentes et d’une Corse sereine, la Corse que nous aimons tous, la Corse qui donne envie de prendre son temps et d’admirer tout ce que Dame Nature nous a offert !

www.aircorsica.com

Air Corsica cockpit exterieur

Prolonger l’été en Corse avec Air Corsica

Au départ de Bordeaux : le mercredi et le dimanche, vols sur Calvi (jusqu’au 6 septembre) et Ajaccio (jusqu’au 27 septembre).

Au départ de Marseille : vols quotidiens sur Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari.

Au départ de Nice : vols quotidiens sur Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari.

Au départ de Toulouse : vols sur Ajaccio le lundi et le vendredi toute l’année (et le samedi jusqu’au 30 septembre).

Photos © Air Corsica

Voir aussi :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 Partages
Partagez
Tweetez16
+1
Partagez1
Buffer
Email
FlyAndGo
Contactez nous
Vous avez une question ? Contactez-nous au moyen de ce formulaire ou écrivez-nous à l'adresse : contact@flyandgo.fr
Merci. Nous vous recontacterons dès que possible
ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Envies de voyage ? Avec FlyAndGo.fr, envolez-vous depuis les aéroports du Grand Sud, de Bordeaux à Nice en passant par Toulouse, Montpellier et Marseille, et profitez de nos informations, conseils, suggestions et bons plans.

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire de FlyAndGo.fr. C'est gratuit et votre adresse mail ne sera pas communiquée à des tiers.

  • Suggestions de voyages
  • Nouveautés des compagnies aériennes
  • Conseils d'experts du tourisme
  • Coups de cœur de personnalités
  • Bonnes adresses
All rights reserved © FlyAndGo 2015 - 2017

Merci de vous être inscrit à la Newsletter de FlyAndGo.

Pour le respect de la vie privée de nos lecteurs, l'inscription se fait en deux étapes.

Vous allez recevoir dans quelques instants un message à l'adresse que vous nous avez indiqué.

Pour valider votre abonnement à notre Newsletter, cliquez sur le lien contenu dans ce message, afin de confirmer votre adresse électronique.

Si vous ne recevez pas ce message, merci de vérifier le contenu du dossier "Courrier indésirable" ou "Spam" de votre logiciel de courrier électronique.

Cordialement

L'équipe FlyAndGo