Skip to main content

Idée week-end : Lisbonne

Lisbonne panorama (depuis Sao Jorge)

Même quand on est déjà allé deux ou trois fois à Lisbonne, on a toujours de nouvelles découvertes à faire dans cette capitale accueillante, francophile et accessible à tous les budgets. Ajoutons que Lisbonne est une destination toutes saisons : près de 290 jours de soleil par an et des températures qui, l’hiver, descendent rarement sous les 15°. L’été, il y a toujours assez de vent pour rafraîchir les touristes et, dit-on, faire la fortune des coiffeurs pour dames…

Lisbonne Tage

Pour avoir tout d’abord un aperçu panoramique de Lisbonne, vous avez le choix entre de multiples points de vue : au nord, depuis le haut du parc Edouard VII où le regard plonge jusqu’à la belle place du Commerce via l’avenue de la Liberté ; à l’ouest, depuis le mirador de Sao Pedro de Alcantara, dans le Bairro Alto ; au centre, du haut de l’ascenseur (elevador) de Santa Justa ; à l’est, en montant sur les remparts du Château Saint-Georges ; enfin au sud, en traversant le pont du 25 avril en direction de la statue du Christ-Roi. Ce pont suspendu de 2,3 km a été inauguré en 1966 ; la date du 25 avril fait référence à la Révolution des œillets qui, en 1974, fit chuter le régime dictatorial de l’Estado Novo mis en place au début des années 1930 par Antonio de Oliveira Salazar.

À l’abri du château Saint-Georges

Lisbonne chateau Saint Georges

Pénétrons plus avant dans l’histoire de Lisbonne en montant au château Saint-Georges (Castelo de Sao Jorge) : cette forteresse a connu trois grandes époques : celle des Wisigoths au 5ème siècle (ils furent les premiers à utiliser cette position stratégique) ; celle des Musulmans qui agrandirent le château au milieu du 9ème siècle ; et celle d’Alphonse Enrique, qui le transforma en palais royal au 12ème siècle. Après un véritable âge d’or, le château connut des heures moins glorieuses de casernement. Mais il fut classé Monument national en 1910 avant d’être restauré vingt ans plus tard. On peut donc aujourd’hui arpenter les remparts, passer de tour en tour, voir les vestiges de l’ancien palais royal, traverser un petit jardin romantique et profiter du panorama sur la ville. Une exposition permanente et un site archéologique nous font revisiter le passé du site, avec même des traces d’habitation datant de 700 ans avant Jésus-Christ.

L’Alfama, le quartier miraculé

Lisbonne Alfama

Si vous êtes monté tranquillement au château en prenant le bus 737 place da Figueira, vous pouvez maintenant redescendre à travers les ruelles médiévales, portes et escaliers du célèbre quartier de l’Alfama. Passez par les églises Santa Luzia et Sao Miguel, par les ruines du théâtre romain et par le musée des arts décoratifs avant d’atteindre la Se Patriarcal, c’est-à-dire la cathédrale de Lisbonne. Elle fut bâtie sur l’emplacement d’une mosquée qui avait remplacé une église wisigothique qui elle-même avait pris place sur un forum romain. La base de la cathédrale est romane, avec un encadrement militaire (tours et créneaux de la façade principale) puis des ajouts gothiques, baroques, néoclassiques et même rococos. Ne manquez pas le cloître avec ses chapelles et son déambulatoire, ni le Trésor avec ses vêtements, ornements et pièces d’orfèvrerie de l’art sacerdotal.

L’Alfama (de l’arabe al-alhaman, la fontaine) est le plus ancien quartier de Lisbonne : il a survécu au tremblement de terre, au tsunami et aux incendies qui détruisirent la ville le 1er novembre 1755. En ce jour de la Toussaint, Lisbonne comptait environ 275 000 habitants ; il y eut entre 50 000 et 70 000 morts. Le séisme fut ressenti de la Finlande jusqu’à Agadir en passant par Cadix et Séville : l’Espagne en perdit sa suprématie dans le trafic maritime avec les Amériques ; Voltaire et Rousseau s’empoignèrent sur la responsabilité divine dans nos maux terrestres ; Emmanuel Kant jeta les bases de la sismologie. Mais, sur place, le Premier ministre Sebastiao de Melo organisa les secours, ramena l’ordre et entreprit aussitôt la reconstruction de la ville avec cette formule : « Maintenant ? Enterrez les morts et nourrissez les vivants ». Ce Sebastiao de Melo est aujourd’hui connu sous le nom de marquis de Pombal. Sa statue trône en haut de l’avenue de la Liberté.

À la découverte de Belém

Lisbonne Belem Decouvertes

Quittons le centre-ville pour le quartier portuaire de Belém (c’est-è-dire de Bethléem) par le tram 15E au départ de la place da Figuera. Erigé au milieu du siècle dernier pour le 500ème anniversaire de la mort du prince Henri, le Monument des Découvertes (Padrao des descobrimentos) nous rappelle que c’est d’ici que les grands navigateurs portugais s’élancèrent pendant un siècle (1428-1525) vers l’Afrique, l’Inde, l’Amérique… Avec des motivations autant religieuses et politiques qu’économiques et scientifiques. Le parvis du monument est doté d’une rose des vents de 50 mètres de diamètre offerte par l’Afrique du Sud.

Lisbonne Belem Jeronimos facade

Face à ce monument s’étend le monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jeronimos) dont la construction commença en 1502 à l’initiative du roi Manuel. C’est d’ailleurs l’exemple parfait de « l’art manuélin » (sur une base gothique) et le témoin des richesses provenant des Grandes Découvertes. Ne manquez pas l’église de Santa Maria (avec sa voûte en étoile) et le cloître à deux étages (où se trouve notamment la tombe de l’écrivain Fernando Pessoa).

Lisbonne Belem Jeronimos cloitre

Du style manuélin à l’art moderne et contemporain

Autre monument emblématique de Lisbonne et du style manuélin : la tour de Belém. Elle fut construite en 1520-1521 au beau milieu du Tage pour en garder l’accès. Le tremblement de terre déplaça le cours du fleuve, elle se retrouva alors sur la rive droite.

Dans un tout autre style architectural (le contraste est saisissant), le Centre culturel de Belém (CCB) mérite une petite promenade pour ses terrasses et jardins, et surtout une grande halte au Musée Berardo (Museu Coleçào Berardo). Il réunit plus de 800 œuvres signées par les plus grands noms de l’art moderne et contemporain européen et américain. Une collection vraiment impressionnante !

Lisbonne Belem musee Berardo

Retournons vers le centre-ville, montons l’avenue de la Liberté (les Champs-Elysées de Lisbonne) et traversons le parc Edouard VII pour arriver bientôt à un autre musée incontournable : le Musée Calouste Gulbenkian, du nom de l’homme d’affaires arménien qui mourut à Lisbonne en 1955 après avoir collectionné plus de 6 000 œuvres d’art allant de l’Antiquité jusqu’au début du XXème siècle. Sa fondation en expose un aperçu complété par la plus importante collection de l’art moderne et contemporain portugais.

Sous les tropiques : les jardins de Lisbonne

Après la visite, faites une pause à l’une des terrasses du jardin Gulbenkian, un jardin moderne implanté dans l’un des plus beaux parcs de la ville. Si vous avez la passion des jardins, vous pouvez aussi vous promener dans le Jardim de Estrela, le Botanico da Ajuda (relié au Jardim das Damas) et le Botanico de Monteiro-Mor. Le jardin tropical du Botanico do Ultramar, à Belèm, est actuellement fermé pour rénovation mais le Jardim Botanico du centre-ville, dans le Bairro Alto, est à ne pas manquer.

Lisbonne Botanico

Côté terre, côté mer : Sintra et Cascais

Terminons notre séjour par deux escapades à une demi-heure de train du centre de Lisbonne : la serra de Sintra (au départ de la gare du Rossio) et les plages de Cascais (au départ de la gare de Cais do Sodré).

Au 8ème siècle, Sintra fut d’abord une place forte arabe. Les remparts du château des Maures surplombent encore un paysage assez incroyable fait de palais romantiques et fantasques et de parcs et jardins luxuriants, le tout classé au Patrimoine mondial de l’humanité. Au cœur de la cité, le Palais national se repère de loin avec ses deux immenses cônes qui sont en fait les cheminées de la cuisine. L’intérieur du palais mérite largement la visite pour son mobilier et sa décoration.

Lisbonne Sintra

Montez ensuite jusqu’à la Quinta da Regaleira : c’est le site le plus étonnant de Sintra, tant pour son jardin que pour ses édifices : tours, palais et chapelle ; grottes, cascades et loggias. Sans oublier « le puits initiatique », une tour de 27 mètres de haut (ou plutôt de profondeur) avec un escalier en spirale qui vous descend jusqu’à un labyrinthe de grottes orné de multiples symboles maçonniques symboliques dont une rose des vents se mêlant à une croix des Templiers.

Lisbonne Quinta da Regaleira

Pour se reposer les méninges après une telle visite, prenez le train des plages et mettez le cap sur Oeiras (avec sa plage dominée par la forteresse Sao Juliao da Torre), Carcavelos (la plus grande plage de la « Riviera lisboète »), Estoril (sable fin, somptueuses villas et plus grand casino d’Europe) et Cascais (plage et port de plaisance, fort de Nossa Senhora de Luz et palais royal da Cidadela).

Lisbonne Cascais

Bon plan : la Lisboa Card

Pour profiter de votre séjour sans compter, la Lisboa Card est une excellente formule. D’une validité de 24 à 72 heures (de 20 à 42 €), elle inclut :

  • les transports en commun (métro, bus, tramway, ascenseurs…) dont la ligne de métro Vermelha aéroport – centre-ville et les trains vers Sintra et Cascais ;
  • l’accès à 35 musées et monuments et autres sites touristiques ;
  • des réductions de 10 à 50 % sur d’autres sites touristiques et culturels ;
  • des réductions de 5 à 10 % dans certains magasins…

Lisbonne pavement

Pour en savoir plus :

visitlisboa.com

visitportugal.com

Votre avion pour Lisbonne (Hiver 2019-2020)

Au départ du Grand Sud, avec les compagnies easyJet, Ryanair et TAP Air Portugal :

  • Bordeaux – Lisbonne avec easyJet, Ryanair et TAP Air Portugal
  • Marseille – Lisbonne avec Ryanair et TAP Air Portugal
  • Nice – Lisbonne avec easyJet et TAP Air Portugal
  • Toulouse – Lisbonne avec Ryanair et TAP Air Portugal

Lisbonne aeroport

Le bon plan : si vous voyagez sur TAP Air Portugal pour une autre destination que Lisbonne mais avec une correspondance à l’aéroport international Humberto Delgado, vous pouvez profiter de cette escale pour faire un « Portugal Stopover ». Vous pouvez passer jusqu’à 5 nuits à Lisbonne (sur le vol aller ou sur le vol retour) sans supplément sur votre billet d’avion et en bénéficiant même de réductions dans des hôtels sélectionnés et de nombreux autres avantages exclusifs.

Photos © Christian Guillard / FlyAndGo

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Buffer
Email
Contactez nous

Vous avez une question ? Contactez-nous au moyen de ce formulaire ou écrivez-nous à l’adresse : contact@flyandgo.fr

Votre adresse e-mail ne sera pas conservée et servira uniquement à vous répondre. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité

En cochant cette case, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de ma demande de contact.
Merci pour votre message. Nous vous recontacterons dès que possible.

L’équipe FlyAndGo

Abonnez vous à notre Newsletter

Envies de voyage ? Avec FlyAndGo, envolez-vous depuis les aéroports du Grand Sud, de Bordeaux à Nice en passant par Toulouse, Montpellier et Marseille, et profitez de nos informations, conseils, suggestions et bons plans.

Abonnez-vous à la Newsletter de FlyAndGo. C’est gratuit et votre adresse e‑mail ne sera pas communiquée à des tiers.

  • Suggestions de voyages
  • Nouveautés des compagnies aériennes
  • Conseils d’experts du tourisme
  • Coups de cœur de personnalités
  • Bonnes adresses
En cochant cette case, j’accepte de recevoir la Newsletter de FlyAndGo par voie électronique.

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription figurant sur chacune de nos Newsletters ou en nous contactant à l’adresse : contact@flyandgo.fr

Pour plus d’informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité

All rights reserved © FlyAndGo 2015 - 2019

Merci de vous être inscrit à la Newsletter de FlyAndGo.

Pour le respect de la vie privée de nos lecteurs, l’inscription se fait en deux étapes.

Vous allez recevoir dans quelques instants un message à l’adresse que vous nous avez indiqué.

Pour valider votre abonnement à notre Newsletter, cliquez sur le lien contenu dans ce message, afin de confirmer votre adresse électronique.

Si vous ne recevez pas ce message, merci de vérifier le contenu du dossier "Courrier indésirable" ou "SPAM" de votre logiciel de courrier électronique.

Cordialement

L’équipe FlyAndGo