Contact
Vos envies de voyage au départ des aéroports du Grand Sud

Idée week-end : les palais et jardins de Marrakech

Marrakech La Koutoubia

Bien sûr, il y a la Koutoubia et les hôtels de la Palmeraie, les souks de la médina et les ateliers design du quartier Sidi Ghanem, les gnaouas de la place Jemaa el-Fna et les teufeurs de la jet-set internationale. Mais Marrakech est aussi à découvrir dans le calme et la fraîcheur de ses jardins et palais, avec là encore une belle diversité. Nous vous proposons ici un parcours en 9 étapes, certaines incontournables, d’autres bien moins connues…

Le palais Badia et le palais de la Bahia

En bordure du mellah (le quartier juif de la cité impériale), deux palais, distants de quelques centaines de mètres, témoignent de deux époques de la splendeur de Marrakech : le palais Badia et le palais de la Bahia.

Marrakech Palais Badii

Le gigantesque palais Badia fut érigé à la fin du XVIème siècle. Mais cet ensemble palatial incomparable (« el-Badi ») fut détruit un siècle plus tard : le pouvoir était passé des Saadiens aux Alaouites et le sultan Moulay Ismaïl avait besoin de matériaux pour bâtir sa royale demeure de Meknès… Restent des ruines, impressionnantes, qui témoignent de l’influence andalouse, en particulier de Grenade et du palais de l’Alhambra. L’immense cour centrale fait 135 mètres sur 110, avec un grand bassin de 1.800 m² encadré par quatre autres bassins, des parterres plantés, des caves, une terrasse (qui offre une belle vue d’ensemble), des murailles (surmontées de nids de cigognes) et le souvenir plus ou moins bien conservé de divers pavillons : pavillon vert, de cristal, de l’héliotrope, etc. C’est ici également que on peut voir le minbar (chaire) de la mosquée Koutoubia : un magnifique ouvrage de marqueterie et de sculpture sur bois réalisé en 1137 à Cordoue.

Marrakech Palais Bahia

Le palais de la Bahia (« la belle », « la brillante ») date lui de la seconde moitié du XIXème siècle. Il fut construit en deux étapes : d’abord la maison du chambellan Si Moussa achevée vers 1866-1867 puis les agrandissements effectués par le grand vizir Ba Ahmed de 1894 à 1900. D’ultimes réaménagements furent effectués à partir de 1912, quand le palais devint la demeure du Résident général français à Marrakech. L’ensemble s’étend sur 8 hectares et juxtapose, sans aucun ordre préétabli, des cours, jardins, salons, salles de réception, dépendances et autres annexes. On peut y admirer l’art architectural marocain du XIXème siècle et la maîtrise artisanale de la peinture sur bois (plafonds, linteaux, portes et fenêtres), du carrelage des cours (marbre et zelliges), du travail du plâtre, de la sculpture des vasques en marbre…

Le palais-musée de Marrakech

Marrakech Palais musee vasque

Situé au cœur du noyau historique de la médina, à côté de de la medersa Ben Youssef (actuellement fermée pour rénovation), se trouve le musée de Marrakech, un musée privé implanté dans un palais construit à la fin du XIXème siècle par Mehdi Mnebhi, ministre de la Défense du sultan Moulay Abdelaziz. Sauvé du délabrement, entièrement restauré et transformé en musée par le collectionneur et amateur d’art Omar Benjelloun dans les années 1990, ce palais accueille aujourd’hui des expositions sur les arts patrimoniaux d’une part (dans le patio et les salons alentour) et un espace d’art contemporain d’autre part (dans les anciennes cuisines et le hammam). Vous pouvez y découvrir les créations de photographes, sculpteurs et peintres marocains, par exemple les huiles, aquarelles et acryliques de l’artiste peintre et calligraphe Rachid Zizi (reproduction ci-dessous), Le musée comprend également une librairie et un café avec terrasse très agréable.

Marrakech toile Rachid Zizi

Le Jardin Secret et le palais Donab

Restons dans le quartier avec Le Jardin Secret, autre initiative privée remarquable. Nous sommes ici dans l’un des plus grands et des plus anciens « riads » de la médina, et sa visite permet de comprendre tout le cycle de l’eau à Marrakech : comment elle arrive depuis les montagnes de l’Atlas et comment elle est stockée dans des bassins avant d’alimenter les fontaines puis d’irriguer les cultures. Le Jardin Secret comprend notamment deux pavillons à colonnades, un hammam traditionnel, une tour avec vue sur la médina, une boutique et un café (avec Wi-Fi gratuit). Et il y a donc non pas un mais deux jardins : un jardin exotique avec des plantes et des arbres provenant des cinq continents, et un jardin islamique avec ses quatre plate-bandes traditionnelles. Comme le catholicisme a créé les jardins de simples dans les cloîtres des monastères, le monde arabo-andalou-musulman a développé tout un art du jardin au milieu de ses plus beaux palais, en faisant référence au Paradis coranique : « Ceux qui croient et accomplissent de bonnes œuvres, Allah les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux ». De très nombreux versets du Coran (ici le verset 12 de la sourate 47 « Muhammad ») décrivent en effet le Paradis comme des jardins avec des fruits de toutes sortes et des ruisseaux d’eau, de lait, de miel et d’un vin délicieux (et qui n’enivre pas).

Marrakech Jardin secret

À 200 mètres du Jardin Secret, si c’est l’heure du déjeuner, faites étape au palais Donab. Ce palais d’hôtes est un condensé du raffinement arabo-andalou : zelliges, plâtres sculptés, bois de cèdre ciselé côté salons et alcôves, et côté patio : chants d’oiseaux, fontaines, bassin et parfums des rosiers, citronniers et orangers. Ce luxueux ryad de 6 chambres et suites est directement accessible en taxi (cela mérite d’être précisé) et son restaurant al-Bacha ne vous décevra pas, tant pour la qualité des plats que pour le sans-faute du service. Le tout pour moins de 20 € le midi avec plat, dessert et boisson.

Marrakech Palais Donab

Les jardins de la Menara et de l’Agdal

Quittons la médina, direction L’Hivernage, pour rejoindre le deuxième symbole de Marrakech après le minaret de la Koutoubia : le pavillon de la Menara. Avec les montagnes de l’Atlas en toile de fond, ce petit pavillon ocre surmonté d’un toit vert pyramidal fut construit au XVIème siècle et rénové en 1869. Il domine un vaste bassin conçu pour irriguer la centaine d’hectares de vergers et d’oliveraies qui l’entoure : le jardin de la Menara.

Marrakech jardins Agdal

Moins connus, et ouverts uniquement le vendredi et le dimanche, les vastes jardins de l’Agdal remontent au XIIème siècle, à l’époque des Almohades. Le pavillon qui se trouve à l’entrée n’a malheureusement pas encore été restauré. Si vous y allez en famille, faites provision de morceaux de pain pour nourrir les carpes qui peuplent le bassin : elles sont énormes mais jamais rassasiées ! Le spectacle est impressionnant pour les enfants.

Le Jardin Majorelle et le palace La Mamounia

Après la Koutoubia et le pavillon de la Menara, le moment est venu de visiter le troisième site emblématique de Marrakech : le jardin Majorelle. Des années 1930 à sa mort en 1962, le peintre Louis Majorelle consacra plus de trente ans de sa vie à ce jardin, cassant les codes du jardin arabo-andalou, mariant avec audace son bleu cobalt et le vert des bambous et cactus. Louis Majorelle voulait en « faire crever d’envie les anges du Paradis ». Située en lisière de la Palmeraie, son œuvre était menacée par des promoteurs hôteliers quand elle fut sauvée par Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent. La visite du Jardin Majorelle se complète par celle du Musée berbère implanté dans l’ancien atelier du peintre.

Marrakech Jardin Majorelle

Tout à côté se trouve aussi le Musée Yves Saint-Laurent avec sa collection de haute-couture, ses expositions temporaires et son café « Le Studio ». L’architecture du bâtiment mérite à elle-seule la visite : le musée se présente comme un assemblage de cubes habillés d’une dentelle de briques au milieu d’un jardin minimaliste (cabinet d’architectes Studio KO, paysagiste Madison Cox).

Marrakech Musee Yves Saint Laurent

Le Maroc est le plus beau pays du monde, écrivait Louis Majorelle, et La Mamounia est le meilleur hôtel au monde. Le palace a vu s’écrire bien des pages de l’histoire et si le luxe de ses suites et ryads vous semble inabordable, vous vous devez de faire au moins l’expérience de son art de vivre à travers son spa, ses restaurants ou, pour le moins, ses bars : par exemple le Pavillon Menzeh pour rester dans l’ambiance thé à la menthe et pâtisseries, le Churchill pour une soirée jazzy ou le Marocain pour profiter de sa terrasse nocturne. Et surtout, prenez le temps de flâner dans ses jardins !

Marrakech La Mamounia

Pour préparer votre voyage à Marrakech :

  • « Marrakech Itinéraires » de Jacques Ferrandez et Olivier Girendini (lonely planet / Casterman) : Marrakech en dessins et à travers une demi-douzaine d’itinéraires pour découvrir les beautés cachées de la ville et l’art de se perdre dans les ruelles de la médina.
  • « Un jardin à Marrakech » du Toulousain Alain Leygonie (Michalon) : pour tout savoir sur le « peintre-jardinier » Jacques Majorelle, sa vie aventureuse, les secrets de son jardin et aussi ses peintures (des souks de Marrakech au palais du Glaoui à Telouet en passant par les « Négresses nues » en son jardin, les griots du Sénégal, les scènes villageoises du Soudan…), ses amours (souvent malheureuses) et ses amitiés (dont celle de Winston Churchill).
  • « Au Maroc » de Pierre Loti (Arthaud) : le récit d’un voyage effectué en 1889 et dont nous tirons cette citation pour conclure : « Oublions tout et jouissons seulement au passage des choses qui ne trompent pas. Des belles créatures, des beaux chevaux, des beaux jardins et des parfums de fleurs ».

www.visitmorocco.com

Votre avion pour Marrakech

Marrakech Aeroport facade

  • Bordeaux – Marrakech : avec easyJet, Royal Air Maroc, Ryanair et TUI Fly
  • Marseille – Marrakech : avec Royal Air Maroc, Ryanair et TUI Fly
  • Montpellier – Marrakech : avec Air Arabia
  • Nice – Marrakech : avec easyJet et TUI Fly
  • Toulouse – Marrakech : avec easyJet, Royal Air Maroc et TUI Fly

Photos © Christian Guillard / FlyAndGo

Vous aimerez aussi

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

2 Partages
Partagez2
Tweetez
Partagez
Buffer
Email
Contactez nous

Vous avez une question ? Contactez-nous au moyen de ce formulaire ou écrivez-nous à l´adresse : contact@flyandgo.fr

Votre adresse e-mail ne sera pas conservée et servira uniquement à vous répondre. Pour plus d´informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité

En cochant cette case, j´accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de ma demande de contact.
Merci pour votre message. Nous vous recontacterons dès que possible.

L´équipe FlyAndGo

Abonnez vous à notre Newsletter

Envies de voyage ? Avec FlyAndGo, envolez-vous depuis les aéroports du Grand Sud, de Bordeaux à Nice en passant par Toulouse, Montpellier et Marseille, et profitez de nos informations, conseils, suggestions et bons plans.

Abonnez-vous à la Newsletter de FlyAndGo. C´est gratuit et votre adresse e‑mail ne sera pas communiquée à des tiers.

  • Suggestions de voyages
  • Nouveautés des compagnies aériennes
  • Conseils d´experts du tourisme
  • Coups de cœur de personnalités
  • Bonnes adresses
En cochant cette case, j´accepte de recevoir la Newsletter de FlyAndGo par voie électronique.

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription figurant sur chacune de nos Newsletters ou en nous contactant à l´adresse : contact@flyandgo.fr

Pour plus d´informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité

All rights reserved © FlyAndGo 2015 - 2019

Merci de vous être inscrit à la Newsletter de FlyAndGo.

Pour le respect de la vie privée de nos lecteurs, l´inscription se fait en deux étapes.

Vous allez recevoir dans quelques instants un message à l´adresse que vous nous avez indiqué.

Pour valider votre abonnement à notre Newsletter, cliquez sur le lien contenu dans ce message, afin de confirmer votre adresse électronique.

Si vous ne recevez pas ce message, merci de vérifier le contenu du dossier "Courrier indésirable" ou "SPAM" de votre logiciel de courrier électronique.

Cordialement

L´équipe FlyAndGo