Skip to main content

UAF Thomas Juin

« La France est le seul pays au monde à se tirer une balle dans le pied » déclare Thomas Juin, le président de l’Union des aéroports français à propos du projet de loi Climat et Résilience, et plus précisément de son article 37 : il vise à bloquer les opérations de création et d’extension d’aéroports – et donc le développement du transport aérien. « C’est l’avenir des territoires qui est sacrifié » estime Thomas Juin.

Pour le président de l’UAF, « cette mesure malthusienne repose sur l’illusion française de la décroissance imposée au transport aérien pour réduire les émissions de CO2. Ajoutée à la volonté de supprimer certaines lignes domestiques, elle n’aura pour seul effet qu’obérer la connectivité, l’attractivité et le développement économique des territoires. Il n’y aura aucun gain pour la lutte contre le changement climatique puisque le développement du trafic ne fera que se déporter hors de France. Au Royaume-Uni, les mesures de soutien au transport aérien annoncées par Boris Johnson prennent l’exact contre-pied des mesures françaises qui affaiblissent notre transport aérien et notre industrie aéronautique. C’est aujourd’hui que nous devons investir pour transformer nos infrastructures. Les capacités aéroportuaires de la France doivent pouvoir évoluer à l’avenir comme chez nos voisins. Quel sens y a-t-il à poser aujourd’hui une mesure de restriction du développement des aéroports alors qu’ils serviront demain à accueillir une aviation décarbonée au service des besoins futurs de mobilité ? »

Photo © UAF

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

8 Partages
Tweetez
Partagez8
Partagez
Buffer
Print