Skip to main content

Malaga vue en haut

Pour un week-end ou des vacances au cœur de l’Andalousie, Malaga offre ses 3 000 ans d’histoire et ses 14 kilomètres de plages. La « ciudad genial » n’a pas le patrimoine de Séville ou Grenade, mais elle n’a pas non plus le béton de Torremolinos ni les excès de Marbella. C’est une bonne destination pour un week-end de city-break côté ville ou pour une semaine de farniente côté plage. Le mieux étant évidemment d’équilibrer les deux !

L’héritage romain et andalou

Malaga porte

Malaga offre ses multiples visages au visiteur un peu curieux : ville traditionnelle, botanique, contemporaine, monumentale, romantique…. Vous pouvez commencer par l’amphithéâtre de l’époque romaine avant de grimper la colline qui le domine avec les vestiges de la présence musulmane et des grandes heures d’Al-Adalous : l’Alcazaba (La Forteresse) et, plus haut encore, le Castillo de Gibralfaro. Durant votre ascension, vous profiterez d’une superbe vue plongeante sur les arènes, en plus du panorama sur la ville, la côte et les montagnes de Malaga.

L’architecture des 18e et 19e siècles

Malaga centre

En centre-ville, c’est le patrimoine catholique qui s’impose, notamment avec la cathédrale de la Encarnacion, le palais épiscopal, l’église de Santiago… Mais c’est pratiquement toute l’architecture du centre-ville qui est remarquable, tant sur la majestueuse plaza de la Constitucion que dans l’étroite calle Santa Maria. Même sur la très commerçante calle Marqués de Larios vous avez intérêt à lever votre regard des vitrines pour admirer les façades des immeubles !

De Picasso à Pompidou

Malaga Picasso

Côté musées, Malaga vous offre un choix que l’on n’imagine pas nécessairement sur la « costa del sol ». Il est vrai que nous sommes ici au pays de Picasso : on peut visiter par exemple sa maison natale et le Musée Picasso Malaga implanté dans le palais de Buenavista et qui expose plus de 200 peintures, dessins, sculptures, gravures et céramiques.

Malaga Pompidou

Trois autres lieux à ne pas manquer : le Museo Carmen Thyssen Málaga, situé dans le palais de Villalon (plus de 200 œuvres d’artistes espagnols et tout particulièrement andalous du 19ème siècle), le Centre Pompidou Malaga (inauguré l’an dernier et dominé par le « cubo » multicolore signé Daniel Buren) et le CAC Malaga (Centre d’art contemporain installé dans une ancienne halle et qui vaut tant par sa collection permanente que par ses expositions temporaires).

Le plaisir de la promenade

Malaga parc

Avant de quitter le côté ville pour le côté plages de Malaga, soulignons que la ville est vraiment très bien aménagée pour les piétons (et les cyclistes) et que les automobilistes sont particulièrement courtois avec les bipèdes !. Pour longer la partie portuaire du centre-ville, de la place de la Marine au Centre Pompidou Malaga, vous apprécierez le « paseo del Parque », véritable jardin botanique tout en longueur : au beau milieu de la circulation, il vous offre la fraîcheur de ses fontaines et plantations exotiques.

Malaga esplanade

En parallèle, mais en bord de mer, la promenade s’appelle El Palmeral de las Sorpresas. Elle est bordée de jardins, cafés, restaurants et attractions comme le Musée Alborania pour découvrir la faune et la flore de cette partie Ouest de la Méditerranée : la mer d’Alboran.

14 kilomètres de plage

Malaga plage

Malaga totalise 16 plages qui s’étendent sur 14 kilomètres. Des plages urbaines et proches de tout, comme La Malagueta, Pedregalejo ou San Andrés, et d’autres plus isolées comme Guadalmar ou Campo de Golf (avec sa zone naturiste). Les plus charmantes sont sans doute Baños del Carmen et Peñón del Cuervo. Les plages urbaines sont généralement protégées de la circulation automobile par de grandes promenades piétonnes.

La cuisine locale

Malaga poisson

La cuisine andalouse s’apprécie dès le petit-déjeuner avec des tartines de pain grillées, arrosées d’huile d’olive puis recouvertes de confiture. Les churros sont bien sûr incontournables, trempés dans le chocolat. À l’heure du déjeuner (disons 15h…), on peut goûter un gaspacho ou découvrir le gazpachuelo (soupe à base de poisson et de mayonnaise) et l’ajoblanco (soupe froide à l’ail). Si vous êtes côté plages, une escale s’impose dans un des « chirringuitos » pour déguster une friture de petits poissons (pescaitos fritos) ou une brochette de sardines grillées (espetos). Et si vous êtes côté ville, allez découvrir toute la richesse des produits locaux, de la terre comme de la mer, en faisant un petit tour au marché central de Atarazanas. Quant au vin doux de Malaga, sachez qu’il était réputé dès l’antiquité !

www.malagaturismo.com

Toulouse – Malaga : 4 vols par semaine avec Volotea et Vueling.

Photo © Christian Guillard/FlyAndGo

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Buffer
Print