Skip to main content

british-airways-elisabeth-ruff

British Airways transporte environ 40 millions de passagers par an. La compagnie historique britannique se porte bien, les parts de marché sont en hausse en France. British Airways entend bien continuer sur cette lancée et développer son trafic en incitant les voyageurs à transiter par Heathrow.

Rencontre avec Elisabeth Ruff, directrice commerciale France pour British Airways.

Londres, avec ses 6 aéroports est l’une des plates-formes les plus importantes au monde avec 155 millions de passagers. Heathrow est aussi un hub important pour les vols longs courriers ?

Absolument mais on ne le dit pas assez ! La compagnie dessert plus de 150 destinations dans près de 75 pays à travers l’Europe, l’Amérique du Nord, du Sud, l’Asie, l’Afrique et l’Australie. Prenons l‘exemple de Toulouse, avec 3 vols quotidiens vers Londres-Heathrow, vous arrivez directement au cœur d’une zone de trafic international. Il est ensuite très facile de prendre de prendre une correspondance.

On envisage de développer des liaisons vers l’Amérique du Nord, l’Asie, Kuala Lampur.

L’environnement aérien a changé, les compagnies low cost ont modifié le ciel et notre façon de voyager, vous êtes contraint de vous adapter ?

On se remet en question en permanence en proposant des services supplémentaires comme par exemple une réduction pour le voyageur qui n’a qu’un seul bagage.

On s’interroge sur notre politique tarifaire. Que veulent les clients aujourd’hui sur des vols de moins de 2 heures ? C’est simple, ils comparent les prix et choisissent le tarif le plus intéressant. Le confort arrive en second. Nous communiquons beaucoup sur nos premiers prix, vous pouvez facilement trouver des allers simples vers Londres depuis Bordeaux, Marseille, Toulouse ou Nice à 50 €. Il suffit de réserver son billet plusieurs semaines à l’avance.

british-airways-a380-take-off

Le trafic progresse de manière globale, British Airways a une belle visibilité sur les marchés mais vos recettes semblent accuser une légère baisse, est-ce la conséquence de la diminution de nombre de voyageurs d’affaires ?

Oui, les entreprises ont revu à la baisse les déplacements de leurs collaborateurs. La tendance semble toutefois à la reprise ces derniers mois. Nous allons accentuer nos efforts sur des villes comme Bordeaux ou Marseille qui marchent moins bien que Toulouse ou Nice en business. On va renforcer nos contacts, trouver de nouveaux marchés auprès des entreprises, des PME et PMI. On a une vraie carte à jouer !

www.britishairways.com

Photo © DR

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Ce site utilise Akismet pour filtrer les commentaires indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

1 Partages
Tweetez
Partagez1
Partagez
Buffer
Print